A la cueillette … d’algues alimentaires !

La récolte des algues de rive est réglementée depuis 2017

vous trouverez des informations ICI

 

Les algues et la Bretagne : un peu d’histoire…

La Bretagne et les algues, c’est une histoire qui remonte à loin. Au début du 19e siècle, l’activité était déjà bien établie, notamment sur le littoral du Finistère Nord.

Le goémon était principalement ramassé à la main par la majorité des habitants de la côte qui y trouvaient une source de revenus supplémentaire.

L’utilisation de bateaux pour ramasser les algues plus loin dans l’eau s’est ensuite généralisée et le terme « goémonier », qui désignait à l’origine le pêcheur ramassant les algues, est entré dans le vocabulaire courant pour parler des bateaux.

Les algues récoltées étaient vendues pour servir de nourriture au bétail.

Elles pouvaient aussi être brûlées dans les fameux fours à goémon, dont on retrouve des traces notamment sur la côte du pays d’Iroise, afin de fabriquer des pains de soude destinés à l’industrie et au domaine médical. Les fours à goémon ne sont plus utilisés depuis les années 1950.

Les algues bretonnes de nos jours

Les algues ont ensuite été beaucoup vendues à l’industrie cosmétique qui a découvert leurs propriétés exceptionnelles pour la peau.

Effet hydratant et nutritif, absorption des UV, ou encore aide au renouvellement des cellules : les algues ont su conquérir un nouveau marché qui ne cesse de se développer.

Cependant, de nos jours, c’est bien dans l’assiette que nous retrouvons ces produits de la mer originaux.

Leur parfum iodé unique et leur valorisation par les petits producteurs locaux ont suscité un réel engouement de la part des consommateurs.

On retrouve les algues sous diverses formes (paillettes, fraiches ou en tartare) et elles s’intègrent facilement aux recettes du quotidien.

L’intérêt pour la consommation d’algues alimentaires est tel que les restaurateurs les affichent de plus en plus régulièrement sur leurs menus.

 

Pendant la pêche à pied, si vous rapportiez quelques algues dans votre panier ?

La cueillette d’algues de rive est une pratique ancestrale un peu oubliée mais qui revient à la mode depuis plusieurs années. La récolte se fait à pied sur l’estran, à marée basse, à partir d’un coefficient de 70.

Mais attention il s’agit bien d’une cueillette et non d’un arrachage. Ci-dessous, vous trouverez quelques « bonnes pratiques » ! 

Comment cueillir les algues ? 

  • ne pas arracher l’algue : coupez-les au couteau plutôt qu’à la faucille pour mieux contrôler la longueur de l’algue laissée sur le rocher
  • ne pas totalement récolter l’algue : laisser le crampon et un morceau de chaque algue pour faciliter sa repousse
  • ne pas déplacer ou retourner les rochers : les espèces qui vivent dessus ou dessous sont différentes et le retournement des rochers peut provoquer la mort d’un tiers d’entre elles. 
  • ne pas racler le rocher avec un outil : car cela peut stopper le cycle de production d’une algue
  • ne pas récolter les algues échouées 

 

Vous ne savez pas reconnaître les algues alimentaires propres à la consommation : consultez ce lien. 

 

En Bretagne, leur récolte est réglementée afin de préserver la ressource.

Un  arrêté du 4 mai 2018 met à jour les conditions de récolte des algues de rive en Bretagne.

En pêche à pied de loisir, la récolte des algues de rive est autorisée du lever au coucher du soleil.

Des périodes de récolte sont fixées pour certaines algues :

Certaines algues doivent atteindre une taille minimale au-dessus de leur crampon pour être récoltées :

Le Goémon noir (Ascophyllum nodosum) ne peut être coupé à une hauteur inférieure de 30 cm au dessus du crampon.

 

 

Réservez vos vacances au Balcon de la Baie 

pour profiter des plaisirs de la nature : pêche à pied, récolte d’algues !

Contactez nous : Gaëlle & Sylvain au 02 99 80 22 95

 

Pour en savoir plus sur les pécheurs professionnels d’algues : https://www.bord-a-bord.fr/Qui-sont-les-pecheurs-d-algues.html

Les commentaires sont fermés.